29 mots pour vendre : The One Sentence Persuasion

29 mots pour vendre the one sentence persuasion copywriting

12 décembre 2020

À l’origine, « The One Sentence Persuasion course » est un livre écrit par Blair Warren, un producteur de télévision, écrivain et expert en marketing (ce qui va nous intéresser ici).

Ce livre nous promettrait donc une technique de persuasion surpuissante qui se résumerait en une seule phrase.

Une phrase de 29 mots censée nous permettre de convaincre n’importe qui, aussi bien sur le plan professionnel que personnel.

Intéréssant…

Cette phrase, la voici :

«Les gens feront tout pour ceux qui encouragent leurs rêves, justifient les échecs, apaisent leurs peurs, confirment leurs soupçons et les aident à lancer des pierres sur leurs ennemis. »

La puissance de cette phrase, c’est qu’elle résume à elle seule 5 aspects majeurs de la psychologie humaine.

Encouragent leurs rêves

Chaque jour, c’est des dizaines et des dizaines de pubs qu’on nous jete à la figure sans qu’onn’ait rien demandé.

Tu scrolle tranquillement ton fil d’actualité, et bam : une offre spéciale.

Bam : un webinaire.

Bam : « une offre qui ne se reproduira peut-être pas »

Alors oui, c’est normal que tes prospects soient méfiants quand ils te découvrent.

D’ailleurs la première chose qu’ils se disent c’est « oh putain… Encore un. »

Donc la première étape, c’est donc de les brosser dans le sens du poil, et de les convaincre que tu es de leur côté.

Et que non, tu n’es pas un méchant vendeur qui n’en veut à leur thune, mais un porteur de bonnes nouvelles.

Ton prospect doit être persuadé que tu es là pour l’accompagner dans ses objectifs, et qu’avec toi ça ira plus vite que s’il le faisait seul.

Justifient leurs échecs

Là aussi, cela sert à rassurer ton interlocuteur.

Typiquement, justifier les échecs, c’est dire « Mais non, tu n’es pas gros parce que tu manges 3 pots de Nutella par jours, c’est simplement à cause de ton métabolisme ».

La formule magique, que tu as déjà sûrement vu et revu, et certainemant déjà utilisé, c’est le fameux « Ce n’est PAS de ta faute ».

Car ce que veulent les gens, c’est être déchargé de leurs responsabilités.

C’est donc à toi de leur faire comprendre que tu comptes prendre cette responsabilité pour eux.

Apaisent leurs peurs

C’est un peu un mélange des deux premiers points.

Les gens ont peur de deux choses :

Peur de ne pas obtenir ce qu’ils désirent, et peur de perdre ce qu’ils ont déjà obtenu.

ll est rare de pouvoir utiliser ces deux peurs en même temps pour te mettre quelqu’un dans la poche.

Il faut donc bien analyser la personne, et choisir de quoi elle a peur au moment T, et comment tu peux la rassurer, soit en la protégeant (pour le deuxième cas), soit en l’accompagnant.

Confirment leurs soupçons.

Il n’y a rien de plus agréable que de se dire : « Je le savais ».

Quand on se dit ça, que notre soupçon est confirmé, on se sent tout puissant.

On a l’impression d’avoir tout compris à la vie, et qu’on est un génie.

C’est le cas pour tout le monde, même pour des banalités.

« François trompe Isabelle ? J’en étais sûr ! ».

Ton rôle c’est de provoquer ce sentiment de certitude chez la personne que tu veux mettre de ton côté.

Car si la personne se valorise grâce à toi, elle va inconsciemment, directement te ranger dans ses petits papiers.

C’est inévitable, c’est comme ça que fonctionne le cerveau humain.

Et il faut utiliser ça à ton avantage.

Les aident à jeter des pierres sur leurs ennemis.

L’être humain a toujours eu besoin d’un ennemi commun.

Il n’y a rien de plus fédérateur, et la plupart des sociétés ne reposent que sur ça.

Car ce qui nous rapproche les uns des autres, c’est aussi ce qui nous différencie des autres.

Ceux qui ont des points communs s’allient, et crachent sur le reste du monde.

Cet ennemi commun n’a pas forcément besoin d’être humain, ça peut très bien être une idée, un concept, une maladie, un problème sociétal…

Bref: quelque chose contre lequel toi aussi tu te bats.

Pour la niche du business en ligne, l’ennemi commun c’est le retour au salariat par exemple.

Là aussi, ton rôle est de convaincre que tu as le même ennemi commun que ton interlocuteur, et que tu vas l’aider à lui cracher dessus.

L’ennemi commun est d’ailleurs l’antagoniste de tous les points vus précédemment.

« Si tu veux réaliser tes rêves, tu dois faire face à [ennemi commun].

« Tu n’y arrives pas ? C’est à cause de [ennemi commun]

« Tu t’en doutais hein ? C’est à cause de [ennemi commun] que tu as peur ».

Pour finir, l’auteur va même plus loin, en donnant deux mots qui résument cette phrase qui à elle seule est déjà un résumé de plusieurs principes.

Ces deux mots, c’est Confirmer et Fasciner.

En d’autres termes, range toi du côté de la personne que tu souhaites convaincre, et vends lui du rêve.

C’est comme ça que tu peux espérer vendre ton produit.

Tu aimerais lire aussi :

2 Commentaires

  1. Augendre

    Bonjour, peut-on avoir un accompagnement?

    Réponse
    • Cédric Floris - Copywriter

      Hello !

      Oui c’est possible, il te suffit de réserver de cliquer sur “Accompagnement” dans la barre de menu, et de te laisser guider 🙂

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 − quatre =